Brancion, cité médiévale

Brancion est une petite cité médiévale située en Saône-et-Loire, sur la D14 entre Tournus et Charolles, entourant son château et son église depuis le XIème siècle.

Brancion - vue générale

Brancion – Vue générale sur le château
Auteur : Mon coin de Bourgogne – Licence : © Mon coin de Bourgogne

Vous trouverez sur cette page un historique et une description du château et de l’église, ainsi que les informations pratiques.

Le Château de Brancion

L’histoire de Brancion pourrait remonter au VIIème siècle, mais le premier seigneur connu est Warulphe le Loup vers l’an 1012.

Le château a évolué en trois époques successives :

  • le logis de l’An Mil, au début du XIème siècle
  • le château seigneurial au XIIème et XIIIème siècle
  • le château ducal au début du XIVème siècle

 

Le château de l’An Mil était un bâtiment de 22 m sur 11, construit en «opus spicatum» (= en arêtes de poisson) dont il ne subsiste aujourd’hui que deux grands murs de 5 m de haut.

Le château seigneurial s’est vu adjoindre le donjon carré, haut de 23 m. Il est construit sur trois niveaux, dont les pièces sont de plus en plus grandes.Le niveau inférieur abritait des réserves. Au premier étage, la salle de “retrait” était réservée au seigneur. Au deuxième étage se trouvait la salle des gardes. Jusqu’au XVIème siècle, le donjon était surmonté de créneaux et d’un toit pointu auxquels on a substitué une terrasse au XIXème.

En parallèle, le logis de Beaufort a été construit en plusieurs étapes : il a été édifié durant la deuxième moitié du XIIème siècle, puis la tour de Beaufort et la tour de la Chaul ont été ajoutée un siècle plus tard, pour assurer la défense de l’entrée du village.

Brancion - ruines tour et donjon du château
Vue sur les ruines du donjon
Brancion - le château - Logis de Beaufort
Le logis de Beaufort (les fenêtres ont été percées bien plus tard)

 

Les sires de Brancion (qui portent aussi le surnom de « Gros« ) sont des batailleurs, ce qui leur valu quelques rappels à l’ordre de la part des religieux de Cluny et même des comtes de Chalon dont ils voulaient s’émanciper. Le roi de France Louis VII dût intervenir et donna raison aux religieux. POur faire amende honorables, les seigneurs de Brancion participèrent à plusieurs Croisades. Ainsi, en 1250, Jocerand V Gros de Brancion mourut lors de la bataille de Manssourah aux côtés de Saint louis.

En 1259, le 12ème comte de Brancion, ruiné par les Croisades de ses prédécesseurs, vend son château aux Ducs de Bourgogne. On parle alors de château ducal.

Le château ducal, symbole de la puissance des ducs de Bourgogne, s’adjoint ensuite un nouveau bâtiment : le logis de Beaulieu, construit fin XIIIème ou début XIVème. C’est un bâtiment de belle taille (25 m sur 12) construit entre le Donjon et la tour du Préau, sur deux niveaux. Au 1er étage, les baies en arc brisé tréflées montrent qu’il s’agissait de la salle majeure du logis.

 

Brancion - tableau - intérieur du châteauTableau dans une salle du château Brancion - ruines du château ducalRuines du château ducal

 

Pendant deux cent dix-huit ans, Brancion est donc une châtellenie ducale, avec garnison permanente à partir de 1409.

En 1477, à la mort de Charles le Téméraire, Duc de Bourgogne, la majeure partie du duché de Bourgogne intègre le royaume de France (voir la page consacrée à l’histoire de la Bourgogne). Brancion devient alors châtellerie royale.

Saccagé en 1594 lors des guerres de religion, le château décline peu à peu. Il est vendu comme bien national à la Révolution.

En 1860, le château est racheté par le comte Victor de Murard de Saint-Romain. A ce jour, ses descendants sont toujours propriétaires.

L’église de Brancion

Située à l’extrémité de l’éperon rocheux, l’église St Pierre de Brancion est mentionnée en 964 dans un document de l’Abbaye de Cluny.

Elle fut reconstruite au XIIème siècle, à l’emplacement de l’église primitive. De style roman, elle est de taille modeste, avec un chevet comportant une abside et deux absidioles et surmontée d’un clocher carré.

Brancion - vue sur l'église

L’intérieur de l’église est assez sombre, car seules les étroites baies des bas-côtés donnent un peu de lumière. Toutefois, c’est peut-être ce qui a permis aux fresques, réalisées au Moyen-Âge, de parvenir jusqu’à nous. Elles sont toutefois menacées par l’humidité qui règne dans l’édifice (remontées capillaires le long des murs). Les peintures murales n’ont été restaurées et entretenues qu’à partir de 1930.

 

Brancion - intérieur de l'église

Intérieur de l’église
(le soleil d’été éclaire une partie … complétée par le flash)

Brancion - Fresques du choeur de l'égliseFresques du chœur

 

Brancion aujourd’hui

Le château et l’église sont classés Monuments Historiques.

Depuis 1972, l’association « les amis de Brancion » se consacre à la restauration de l’église. Depuis 2004, devenue « la mémoire médiévale« , l’association contribue à l’entretien de l’ensemble du site de Brancion.

Pour préserver le site, l’accès est interdit aux véhicules. Un grand parking est situé à trois cents mètres de la porte voûtée qui est l’unique accès au château et au village. La visite du site est libre (ne manquez pas la halle du Moyen-Âge, au milieu du village), seul l’accès au château est payant afin de participer à la sauvegarde de l’ensemble du village.

Infos pratiques :

Le château est ouvert :
– du 31 mars au 30 septembre : tous les jours de 10h à 18h30 (juillet et août : de 10h à 19h30)
– du 1er octobre au 11 novembre : tous les jours de 13h à 18h30

L’église Saint-Pierre est ouverte aux mêmes horaires.

Tarifs de visite du château (tarifs 2013) :
– Adulte : 5 € en visite libre ; 7 € avec audio-guide (français, anglais ou allemand)
– Enfant de 5 à 16 ans : 2,50 €
– Enfant < 5 ans : gratuit
– Groupe : 3 €, possible toute l’année sur réservation.

 
Page réalisée d’après les deux sites consacrés à Brancion et son château

 

Vous avez aimé cette page ? Partagez-la autour de vous !

 

Page publiée le 1 décembre 2012

2 Commentaires sur “Brancion, cité médiévale”

  1. Ocgall dit:

    Bonjour,

    Connaissant bien la région de Cluny nord et sud, je retrouve des « images » sur votre site … abondamment renseigné …
    Cordialement … Claude Ocgall …

  2. lamia dit:

    j’adore ce pays

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *