Vins et vignobles de Bourgogne

Les vins de Bourgogne sont la spécialité la plus connue et la plus répandue de notre région.

Le vignoble s’étend sur 250 km de long et sur trois des quatre départements : l’Yonne, la Côte d’Or et la Saône et Loire. A noter que le Beaujolais, compté comme vin de Bourgogne, est en fait issu de cépages situés dans le département du Rhône.

Le vignoble bourguignon comporte une centaine d’AOC, les « appellations d’origine contrôlée » (certification officielle de qualité) dont plus de 30 grands crus.

Le vin issu de ce vignoble est principalement du vin blanc (61 %). On trouve aussi un tiers de vin rouge (31 %) et enfin du crémant (8 %). La production de rosé est marginale (moins de 1 % de l’ensemble du vin bourguignon).

Histoire :

La culture du vignoble en Bourgogne date des Gaulois. Dès le 1er siècle de notre ère, peut-être même avant, on cultive la vigne sur le sol bourguignon. Peu à peu, le vin remplace la cervoise, lui empruntant son célèbre tonneau. Au cours des premiers siècles, les notables d’Autun (Augustodunum) possèdent des vignobles autour de Beaune et Dijon.
Mais cette culture de la vigne se développe pleinement au Moyen-Âge grâce au travail des moines lorsque les abbayes se développent (Cluny et Citeaux en particulier).

Vignes et château du clos de Vougeot Château du clos Vougeot

C’est en 1115 que les moines de Cîteaux construisent le château du Clos de Vougeot afin d’exploiter la vigne qu’ils ont plantée aux alentours.

Plus tard, le domaine fut subdivisé en trois « climats » dont l’un fournit la « cuvée du pape » Clément VI d’Avignon. En effet, il était facile de faire circuler les tonnaux de vin par la Saône et le Rhône jusque dans le Sud.
De cette époque date aussi le développement du vin rouge, alors que jusque là, le blanc était le plus apprécié.

En 1416, un édit du roi Charles VI fixe les limites de production du vin de Bourgogne de Sens à Mâcon, comme une sorte d’AOC avant l’heure.

La puissance des ducs de Bourgogne contribua également à l’essor du commerce viticole de la région.

A la Révolution, la confiscation et la vente des vignobles du clergé entraîne une morcellisation des parcelles, tout comme par la suite la division des parcelles entre différents héritiers.

Cependant, au début du XIXème siècle, de riches commerçants et négociants contribuent encore au développement de leurs vins. La construction du canal de Bourgogne en 1832, puis de la voie de chemin de fer Paris – Dijon en 1851, alliés aux voies navigables natureles participent à l’essor économique de la région et à la commercialisation des vins de Bourgogne.
En 1851 a lieu également la première vente aux enchères des vins des hospices de Beaune.

Malgré les maladies (oïdium, mildiou) et les attaques du phylloxéra (insecte originaire d’Afrique) du XIXème, les vignerons ont su s’organiser en coopératives afin de lutter contre la fraude (vin coupé) consécutive à la pénurie.
La confrérie des Chevaliers du tastevin est créée en 1934 et les premières AOC en 1936. Le développement du travail mécanique et les traitements contre les maladies et insectes ont sauvé l’économie viticole en Bourgogne.

De nos jours, les vins de Bourgogne ont toujours la même réputation de prestige et de qualité, et le vignoble est indissociable des paysages bourguignons.

vignes de Gevrey-Chambertin (Wikipedia)
Vignes de Gevrey-Chambertin

vignoble de Côte d'Or
Vignoble en Côte d’Or

Les cépages et les vins :

Le cépage, c’est la variété (la sorte) du plant de vigne, souvent caratéristique d’une région. En effet, il résulte de l’adaptation de la vigne aux conditions climatiques et au sol où elle se trouve implantée. Les distinctions se font sur les feuilles, les grains, les formes et les couleurs des grappes.

Un vin peut être composé d’un seul ou plusieurs cépages, les grains de raisin étant alors mélangés avant le processus de vinification (ce n’est donc pas un mélange de vins).

On trouve en Bourgogne quatre grands cépages :

  • en « rouge » : essentiellement le pinot noir mais aussi le gamay, selon les terroirs

– le pinot noir représente 36 % de la production viticole de la Bourgogne. Déjà présent dans la région à l’époque des Gaulois, il fait la renommée des grands vins rouges de Bourgogne. Il est essentiellement cultivé dans les vignobles de la Côte de Nuits (Vougeot, Vosne-Romanée…), de la Côte de Beaune (Pommard, Volnay…) et de la Côte Chalonnaise (Mercurey, Givry). Même si l’aptitude au vieillissement des vins issus de ce cépage varie en fonction des millésimes et du terroir, ce sont souvent des vins de garde, puissants, riches et d’une grande complexité aromatique.
A noter que le Champagne est issu du cépage « pinot noir », mais vinifié selon une technique spécifique.
– le gamay représente 11 % de la production bourguignonne, principalement dans le Beaujolais et le Maconnais. Il entre aussi dans la composition des vins Bourgogne Passe-tout-grains en association avec le pinot noir.

  • en « blanc » : essentiellement le chardonnay et et dans une moindre mesure l’aligoté

– le chardonnay est le cépage le plus répandu dans le monde, mais sa région de prédilection est la Bourgogne où il représente 46 % du vignoble. On lui doit les vins de Chablis, Meursault, Puligny-Montrachet, Pouilly-Fuissé
– l’aligoté représente 6 % de la production. Le vin qu’il produit s’appelle Bourgogne Aligoté. Il peut aussi entrer dans la composition du Crémant de Bourgogne. Le Bourgogne Aligoté, mélangé à la crème de cassis, est le vin traditionnellement utilisé pour le kir.

Une grappe de Pinot noir, qui donne le vin du même nom.cépage de pinot noir

Et une grappe du cépage Aligoté, avec une bouteille du vin de même nom.cépage d'aligoté

Bouteille de Pinot noir

bouteille de Pinot noir

bouteille d'Aligoté

 

Vous voulez savoir comment se passe le processus de vinification, qui transforme le raisin en vin ? Allez voir la vidéo sur la vinification sur « Millesime« , l’émission de France 3 Bourgogne !

Et pour en savoir encore plus,
consultez le BIVB,
site officiel des vins de Bourgogne :

vers le site du BIVB

 

Page publiée le 28 octobre 2012

3 Commentaires sur “Vins et vignobles de Bourgogne”

  1. dubourg dit:

    Venant de découvrir ce site, je suis ravie , la Bourgogne étant chère à mon cœur .

    minou

  2. Bouquet dit:

    Bonjour
    Je viens de découvrir votre site où je bois les informations que vous nous transmettez

    J’ai lu un passage comme quoi certains Bourgogne blanc etaient issus du cépage pinot blanc ?
    Je pensais qu’il ne s’agissait que de chardonnay.
    Les plus grandes appellations sont elles faites uniquement a base de chardonnay et c’est pour cela que les autres sites ne parlent même pas de pinot blanc?
    Je vois remercie
    Jeremy
    Un passionné

    1. Flo dit:

      Bonjour Jeremy,
      Merci de votre intérêt pour le site. En effet, les cépages à base de chardonnay sont les plus fréquemment utilisés pour les vins blancs, et à l’inverse, le pinot noir est le plus connu pour les vins rouges (concernant les vins de Bourgogne). Mais le pinot blanc existe et donne certains vins blancs, en Bourgogne comme ailleurs.
      Je ne saurai pas vous en dire beaucoup plus, car je ne suis pas spécialiste. J’ai tiré la plupart des informations données ici du site du BIVB (Bureau des Vins de Bourgogne)
      Pour en savoir plus, contactez-les directement, en cliquant sur leur logo en bas de page.
      Cordialement.
      Flo, de McB.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *