Château de Couches

Le château de Couches, dit « de Marguerite de Bourgogne », fait partie des anciennes forteresses du Duché de Bourgogne.

Le site du Château de Couches, classé monument historique, présente les différentes phases de sa construction de la fin du XIème siècle jusqu’au XIXème siècle.

Vue générale du château de Couches

Historique

L’histoire du village de Couches remonte au moins à l’époque gallo-romaine : situé en bordure de la Via Agrippa, voie romaine reliant Lugdunum (Lyon) à Bononia (Boulogne), passant par Chalon et Autun, cette situation privilégiée favorise le développement du village.

Au VIIIème siècle, une abbaye est fondée sur les terres du village. Pour assurer sa vitalité et sa protection, elle est rattachée en 1026 à l’abbaye de Flavigny (fondée en 719 à Flavigny-sur-Ozerain en Côte d’Or).
En 1187, l’abbé de Flavigny plaça la ville de Couches sous garde royale (par contrat de pariage) pour la protéger des attaques des seigneurs du voisinage qui souhaitaient agrandir leurs terres. Une forteresse militaire (la Tour Guérin) fut construite pour abriter les archers du Roi de France qui protégeaient les biens du prieuré.

C’est au XIème siècle que Gaudry, seigneur de Couches, entreprend la construction de la forteresse, située sur un piton rocheux dominant la vallée de la Vielle.

Vers la fin du XIIème siècle, le château appartient à Hugues, seigneur de la Roche-Nolay (devenu La Rochepot).

En 1295, son arrière-petite-fille, Marie de Bauffremont, héritière du château, épouse Étienne de Montagu (fils de Hugues III, Duc de Bourgogne).

Dès lors, le château de Couches passe sous la souveraineté des Ducs de Bourgogne, alors que la ville de Couches reste sous la protection du roi à la demande des habitants. Les terres de Couches sont donc divisées en deux territoires distincts :
– « Couches en Duché » , essentiellement constitué du château et ses terres
– « Couches en Royauté », comprenant l’église paroissiale, l’hôpital, le prieuré Saint-Georges et la plus grande partie du village.

 

Le mystère de Marguerite de Bourgogne

C’est à cette époque que Marguerite de Bourgogne (fille de Robert II, duc de Bourgogne, et petite-fille de Saint Louis, roi de France) passe une partie de son enfance au château. Elle est en effet la cousine d’Étienne de Montagu et se lie d’amitié avec Marie de Bauffremont-Montagu.
A 15 ans, Marguerite de Bourgogne épouse Louis, roi de Navarre et futur roi de France. Répudiée pour adultère en 1314 en même temps que ses belles-sœurs Jeanne de Bourgogne et Blanche de Bourgogne (affaire de la Tour de Nesle), Marguerite est enfermée à la forteresse de Château-Gaillard.

Deux thèses s’opposent alors : selon l’Histoire de France, Marguerite serait morte en 1315 dans son cachot de Château-Gaillard, âgée de 25 ans … ce qui permit à son époux, devenu roi de France (Louis X le Hutin) de se remarier 4 jours après son décès !
Mais selon la tradition orale couchoise et pour certains historiens, Marguerite de Bourgogne aurait été recueillie en secret au château de Couches par sa cousine, et y serait demeurée jusqu’à sa mort en 1333.

Quelle que soit la vérité, Marguerite de Bourgogne a réellement vécu quelques temps au château, et son nom y reste attaché.
Mais revenons à Couches-en-Duché et Couches-en-Royauté : les deux parties du territoire de Couches s’affrontent durant deux siècles. Le château aurait donc été renforcé aux XIVème et XVème siècle afin de surveiller la route menant de Chalon à Autun mais aussi pour prouver la puissance des Ducs de Bourgogne.

Claude de Montagu, dernier de la lignée, fait de grands travaux dans le château, notamment avec la construction de la chapelle gothique, consacrée en 1463.
Il décède en 1470 à la bataille de Buxy contre les troupes du roi Louis XI.

Claude de Montagu étant mort sans héritier, le château revient à son cousin, Claude de Blaisy.

Le Duché de Bourgogne est rattaché au Royaume de France à la fin du XVème siècle, et les deux territoires de Couches sont ainsi unifiés. Le château-fort se transforme alors peu à peu en demeure d’agrément.

Au cours des siècles suivants, le château appartient à différentes familles nobles, par mariage ou héritage.

A la Révolution, comme pour la plupart des châteaux, celui de Couches est transformé en carrière de pierres. Par chance, le donjon du XIIème siècle, pourtant symbole de la puissance seigneuriale, est épargné.

Au XIXème siècle, le logis (bâtiment d’habitation) est reconstruit dans le style néo-gothique.
Après la seconde Guerre Mondiale, le château est racheté par la famille CAYOT (industriels du Creusot) qui entreprend des travaux de rénovation.

Depuis 2009 le château est la propriété de Mme POLAERT et a été entièrement aménagé pour les visites. Il est classé Monument Historique.

 

Description du château

Le château est bâti sur une cour carrée, entourée d’épaisses murailles, défendues aux quatre angles par de grosses tours rondes.
Le château qu’on visite aujourd’hui est composé d’éléments provenant d’époques différentes :
– en avant, le donjon (tour carrée) du XIIème siècle et sa tourelle du XVème,
– sur la droite, la tour ronde dite « tour de Justice » et les murailles du XIIIème siècle,
– la chapelle gothique du XVème siècle attenante à la tour ronde,
– les souterrains
– sur la gauche, le logis de style néo-gothique du XIXème
– en contrebas, le manoir et son bassin d’agrément
L’ensemble est complété par des jardins à l’arrière, auxquels on accède par une porte monumentale.

Le donjon carré (ou Tour maîtresse) :

Château de Couches - tour carrée
 
Il date du château primitif du XIIème siècle. C’est un édifice imposant, qui comportait un escalier pris dans le mur. Au XVème siècle, une tourelle à pans coupés a été rajoutée avec un escalier à vis.
Dans les étages, on nous présente des tapisseries d’Aubusson (qui à l’époque avaient plus un rôle de protection thermique que décoratif). On remarquera de belles cheminées.

Près d’une fenêtre, le coffre-fort du seigneur est pris dans le mur et fermé par une porte de bois ouvragée.

 

La chapelle du XVème siècle :

Château de Couches - chapelle
 
De style gothique, elle date de 1460, et fut construite pour Claude Montagu, Chambellan du Duc de Bourgogne. Un chapitre de 6 chanoines y vivait en permanence.
A l’intérieur, le vitrail représente St Vincent, patron des vignerons.
Sur la gauche et la droite du chœur se trouvent deux oratoires à claires-voies, l’un pour le seigneur, l’autre pour sa dame.
Le visiteur remarquera aussi le retable d’époque et la belle statue de la Vierge en bois.

 

La tour de Justice :

Accolée à la chapelle, cette grosse tour ronde date du XIIIème ou XIVème siècle. Une collection d’armes est présentée en salle de garde. Au niveau inférieur, la grille laisse entrevoir la citerne souterraine, qui a pu servir de cachot.

 

Les souterrains :

Château de Couches - souterrains
 
Ces galeries souterraines ont probablement servi de galeries de stockage à certaines époques. Elles permettaient aussi de circuler discrètement d’une partie à l’autre du château..
Leur architecture singulière présente un couvrement d’escalier constitué d’arcs successifs décalés.
Aujourd’hui accessibles depuis la Tour de Justice, le visiteur suit ces galeries souterraines jusqu’à un escalier qui débouche au milieu du jardin avant. Une autre galerie mène au caveau de dégustation.

 

La porte primitive et les jardins :

Château de Couches - porte primitive
 
Cette porte située dans le mur d’enceinte, entre la chapelle et le logis, marque le passage entre la haute cour et la « basse cour ».
Elle donne aujourd’hui accès aux jardins topiaires c’est-à-dire composés de buis travaillés en formes de spirales, de cônes, de boules superposées et d’animaux et à un beau parc arboré.

Le pont-levis constitué d’une porte piétonnière et d’une porte charretière a été déplacé au XVIIème siècle près du logis.

 

Le logis :

Château de Couches - Logis seigneurial
 
De forme rectangulaire, il est accolé à l’une des tours rondes du XIIIème siècle, et flanqué à l’avant de deux tours carrés. L’ensemble, de style néo-gothique ou « troubadour » date du XIXème siècle et a été construit en utilisant des pierres provenant du château primitif détruit après la Révolution.

 

Le manoir et le bassin :

Château de Couches - le manoir
 
 
Le bassin et son petit manoir romantique datent également du XIXème siècle.

Tarifs et horaires

Vous trouverez les infos sur le site officiel du château de Couches.

A lire ensuite :

Poursuivez votre visite en consultant la page consacrée au village de Couches et ses environs

 

Vous avez aimé cette page ? Partagez-la autour de vous !

 

Vous pouvez aussi consulter toutes les visites des : Châteaux

5 commentaires

  • dubreuil

    bonjour
    est ce que le chateau de couches est ouvert a la visite cette semaine du 18 au 21 avril 2016

    merci de me donner les horaires et les tarifs
    salutations

  • Derick Coetzee

    Bonjour and Merci are the only French words I know. But please if someone can help me. ( I promise to study French) I am from Afrique du Sud. My surname is Coetzee which originated from Couche. Historians tell that after the edict of Nante was recalled some protestant believers of the Couche family fled from France to Netherlands and resided at Kampen from where my ancestor father Dirck Couche ( Coetzee) came to South Africa as a sailor of the VOC and from his sixth son I am directly family of. If any one can help me with more details of this history I would like to hear from you please.

    Version française :
    Bonjour et Merci sont les seuls mots français que je connaisse. Mais s’il vous plaît, quelqu’un peut-il m’aider ? (Je promets d’étudier le français) Je suis de l’Afrique du Sud. Mon nom de famille est Coetzee qui est originaire de Couche. Les historiens disent qu’après la révocation de l’édit de Nantes, des croyants protestants de la famille Couche ont fui la France vers les Pays-Bas et résidaient à Kampen d’où l’ancêtre de mon père Dirck Couche (Coetzee) est venu en Afrique du Sud comme marin du COV. Et je suis directement issu de la famille de de son sixième Fils. Si quelqu’un peut m’aider avec plus de détails sur cette histoire, je voudrais avoir de vos nouvelles, s’il vous plaît.

    • Hello Derick,
      Here on this website, Couches is a village name, not a surname. I do not think there’s any connection between your last name and the name of that village. I’m sorry for you.

      Version française :
      Ici sur ce site Internet, Couches est un nom de village, pas un nom de famille. Je ne pense pas qu’il y ait un rapport entre votre nom de famille et le nom de ce village. Désolée pour vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *